Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Du bitume, juste là où il faut !

Actualité

Du bitume, juste là où il faut !


​Réaliser des économies tout en facilitant le travail des cantonniers, c’est possible. La société Secmair, qui commercialise des véhicules spécialisés dans l’entretien des routes, a fait appel à CEA Tech pour équiper ses camions de répandage de liant bitumineux et de gravillons avec un système d’aide à la décision basé sur la vision et l’IA.

Publié le 22 décembre 2020

​L’entretien régulier des routes est réalisé périodiquement par répandage localisé de liant bitumineux et de gravillons sur les parties fissurées de la chaussée. Les ingénieurs de CEA Tech de la région Pays de la Loire ont été sollicités par la société Secmair pour l’aider à équiper ses véhicules d’un système capable de détecter automatiquement les fissures à colmater et d’adapter le répandage du liant et des gravillons grâce à l’intelligence artificielle.

Les véhicules sont habituellement dotés de caméras qui filment la chaussée en amont, laissant au conducteur le soin de sélectionner manuellement à l’aide d’un joystick les zones qui devront être recouvertes. Les informations sont transmises au système de diffusion des matériaux en aval du véhicule, qui s’ouvre (ou pas) en fonction des zones sélectionnées. Ces opérations sont effectuées à une vitesse de l’ordre de 3,5 km/h.

Les chercheurs de CEA Tech Pays de la Loire ont développé un logiciel pour faciliter ce fastidieux travail. Un réseau de neurones a été entraîné à l’observation de la chaussée : dans un premier temps les images recueillies par les caméras sont analysées pour identifier les zones fissurées. Au-delà d’un certain seuil de densité de fissures, le logiciel propose de colmater et transmet au système du véhicule une cartographie de la zone à traiter. En fin de processus, l’opérateur peut reprendre la main et modifier les propositions du logiciel qui s’affichent sur l’interface visuelle.

Outre le fait de faciliter le travail de l’opérateur offrant ainsi dans le même temps une meilleure sécurité, ce système permet d’optimiser la quantité de matériaux utilisée et de faire des économies. Les premiers essais du dispositif réalisés en 2020 sont encourageants, et permet d’envisager une 1ère commercialisation en 2021 avec des tests poussés lors de la prochaine campagne au printemps prochain.

Haut de page