Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Quand la mémoire se met au calcul

Actualité | Nouvelles technologies

Nanoélectronique 300 mm

Quand la mémoire se met au calcul


​Financé par un ERC, le projet My Cube vise à proposer pour la première fois une solution technologique pour rendre possible la réalisation de calculs simples directement dans les unités mémoires des circuits.

Publié le 4 avril 2019

​Pourquoi séparer le bloc mémoire du bloc logique dans les circuits ? Quand on sait que le transfert des données de l'un à l'autre représente jusqu'à 80% de la consommation énergétique de ces derniers, la question revêt toute son importance. Afin de remédier à cette aberration, le Leti, institut de CEA Tech, a lancé le projet My Cube. Doté d'un financement de l'European Research Council (ERC), il vise à développer une solution technologique originale de « calcul dans la mémoire » ou In Memory Computing.

Plutôt que d'avoir comme aujourd'hui des blocs de transistors côtoyant des blocs de cellules mémoires (architecture de Von Neumann), l'idée est d'associer un transistor à chaque cellule mémoire, en les imbriquant physiquement au sein d'une même structure grâce aux technologies d'intégration 3D bien maîtrisées au Leti. Ces unités seront capables de réaliser en leur cœur des calculs élémentaires, pour ensuite fournir des données simplifiées à des blocs logiques externes chargés de réaliser les calculs plus complexes.

Outre le défi technologique d'intégration, les chercheurs devront adapter les algorithmes à cette nouvelle architecture. Un démonstrateur à base de nanofils de silicium (les plus adaptés à cette application) et de mémoires résistives non volatiles, sera mis au point au Leti d'ici la fin du projet en 2022. Il sera 20 fois moins gourmand en énergie qu'un circuit classique Von Neumann à l'état de l'art.

Haut de page

Haut de page