Vous êtes ici : Accueil > Les trophées des « Étoiles de l’Europe » distinguent le CEA

Actualité | Prix & distinction | Europe | Partenariat Europe & international | Institutionnel | Energie solaire | Solaire photovoltaïque | Micro-nanoélectronique | Spintronique

Les trophées des « Étoiles de l’Europe » distinguent le CEA


​Deux coordinateurs CEA de projets européens ont été distingués lors de la remise des trophées de la 5ème édition des Étoiles de l’Europe, le 4 décembre 2017, Cette remise de prix récompense l’engagement européen des chercheurs du CEA.

Publié le 5 décembre 2017
La cinquième édition des trophées des Étoiles de l’Europe s'est déroulée le 4 décembre 2017 à Paris. Ce trophée, qui a pour mission de valoriser les équipes françaises qui ont choisi l’Europe pour développer leurs recherches et s’ouvrir à l’innovation, a été remis par Alain Beretz, Directeur Général de la Recherche et de l’Innovation, au Ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), et Jean Chambaz, Président de l’Université Pierre et Marie Curie et Président du jury 2017 des Etoiles de l’Europe. Cette année, 12 coordinateurs de projets européens ont été primés dont deux chercheurs du CEA. 

Avec SISPIN, le silicium quantique récompensé du Prix spécial du Jury 

Coordinateur du projet Sispsin, pour ‘Silicon Platform for Quantum Spintronics’ et chercheur à l’Institut nanosciences et cryogénie (Inac1), Marc Sanquer a reçu le Prix spécial du Jury.

SISPIN en bref

Financé à hauteur de 3 M€ par l’UE (pour un budget total de 4,3 M€), SISPIN a rassemblé 6 partenaires de 5 pays de 2013 à 2016. Son aventure continue aujourd’hui dans le projet MOS-QUITO  et le programme européen FET Flagship on Quantum technologies.

SISPIN a inventé le premier « bit quantique » ou « qubit » en technologie CMOS, le standard de l’industrie microélectronique. C’est également le premier qubit exploitant une propriété quantique d’une lacune électronique (ou trou). Les chercheurs sont parvenus à produire un spin de trou compact (30 nanomètres) et unique dans une structure CMOS sur silicium et à le retourner en appliquant une tension sur la grille d’un transistor de contrôle.
Ce résultat, inimaginable il y a encore quelques années, ouvre la voie vers l’ordinateur quantique, car il permet de mesurer un qubit dans un dispositif très proche des transistors à effet de champ présents dans nos ordinateurs et nos téléphones portables, sous réserve de les refroidir à 0,1 K. Les technologies CMOS deviennent alors utilisables pour construire des fonctions quantiques. Même si, souligne M. Sanquer, « personne ne sait quel qubit constituera la base des futurs processeurs quantiques, actuellement, le qubit CMOS, qui n’est ni le premier ni le meilleur qubit, offre les conditions idéales à la microélectronique CMOS, une industrie très mature, pour appréhender le monde quantique. » 
Remise du prix spécial du jury à Marc Sanquer, pour SISPIN.

Avec HERCULES, le photovoltaïque du futur récompensé du  Prix Europe de demain

logo Hercules.pngCoordinatrice du projet HERCULES, pour ‘High Efficiency Rear Contact solar cells and Ultra powerful moduLES’ et chercheuse à l’Institut national de l’énergie solaire (Ines2), Defina Muñoz a reçu le Prix Europe de Demain.
Dans l’optique de créer une technologie photovoltaïque européenne de premier plan, HERCULES s’est éloigné des technologies traditionnellement utilisées aujourd'hui pour s’articuler autour de deux principales technologies de cellules solaires de type n3 de deuxième génération, en silicium cristallin à haute efficacité: l’hétérojonction bifaciale (SHJ) et les cellules à contacts face arrière (IBC). En outre, HERCULES s’est aussi penché sur la combinaison de ces deux concepts dite IBC-SHJ pour de nouvelles cellules solaires à très haut rendement. 

HERCULES en bref 

Financé à hauteur de 7 M€ par l’UE (pour un budget total de 10,3 M€), HERCULES a rassemblé 16 partenaires de 7 pays de 2013 à 2016. Les partenaires continuent  aujourd’hui de travailler sur les démonstrateurs pour amener ces résultats sur le marché.
En analysant les performances, le coût, la durabilité et la fiabilité de ces technologies, HERCULES aura permis « d’améliorer l'efficacité et de réduire les coûts de production des cellules et modules photovoltaïques, apportant d’intéressantes perspectives aux acteurs de la R&D du photovoltaïque en Europe. »

L’excellence des projets européens du CEA primée

Jean-Philippe Gouy, directeur délégué aux affaires européennes au CEA, note : « Ces prix soulignent la continuité de l’excellence des projets européens que le CEA conduit ou auquel il participe, contribuant ainsi, grâce aux travaux de ses chercheurs, à renforcer l’influence de la France en Europe et à l’international. »

Étoiles de l’Europe : Comment sont sélectionnés les projets ?

Créés en 2013, les trophées des Étoiles de l’Europe valorisent les équipes de chercheurs pour leur engagement européen et leur travail de coordination de projets. À ce titre, ils récompensent des équipes de chercheurs coordonnées par un porteur de projet déposé au nom d’une structure française, qui ont remporté un appel à projet européen et mené à bien ce projet jusqu’à son terme.
Les lauréats sont sélectionnés par un jury de haut niveau en fonction des critères suivants : la qualité de la production scientifique, la création de valeur (retombées économiques et technologiques directes sous forme de nouveaux produits, services et technologies, et retombées indirectes), la dimension sociétale du projet mais aussi, la pluridisciplinarité et l’interdisciplinarité du projet, ou bien encore le nombre de femmes engagées dans le projet, sa contribution à la formation des jeunes, et à la création d’emplois, l’ouverture à l’international, le rôle de leader tenu par les équipes françaises dans le projet

Haut de page

Haut de page